Appel à soutenir la société civile turque victime d’une répression massive

Mis en avant

La ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté dénonce la tentative de mise au pas de la société turque par le Président Erdogan et affirme sa solidarité avec les forces démocratiques et les syndicats turcs qui œuvrent pour une société respectueuse de tous les Droits humains.

Nous alertons l’opinion publique sur la  purge sans précédent  menée par le pouvoir turc  dans la fonction publique. Cette purge vise à modifier profondément l’appareil d’état en éradiquant les fonctionnaires formés à laïcité et à la  démocratie et à les  remplacer par des fonctionnaires aux ordres du parti islamique. Ce coup de force est réalisé au nom de l’état d’urgence néanmoins, il a été précédé au premier trimestre 2016 par une répression violente à l’encontre des  1228 universitaires signataires de l’Appel pour la paix en Turquie. Il apparaît donc  que  les graves atteintes actuelles  à la liberté d’expression ont précédé l’action putschiste de quelques militaires et n’en sont pas la conséquence.

La répression massive va désormais bien au-delà de l’armée. Elle  frappe les médias, la justice et tous les fonctionnaires. 35 000 agents de l’État ont été suspendus, dont plus de 15 000 dans l’enseignement. 1900 doyen.ne.s des établissements publics et privés ont été suspendu.e.s de leur fonction. C’est donc au droit de penser que s’attaque le Président Erdogan aussi bien dans la presse que dans l’éducation et partout où les citoyens peuvent exercer leur esprit critique.

Les femmes qui militent pour la paix et la liberté savent que le droit de penser est une barrière contre le militarisme, l’intégrisme et la violence. Quand il est attaqué cela annonce des persécutions. En solidarité avec les féministes turques et la Marche Mondiale des femmes nous rappelons que les stratégies guerrières ne font qu’apporter plus d´affliction pour les femmes et les communautés dans le monde entier et nourrissent les intégrismes et les conflits. Les femmes turques ont tout à craindre de cette dérive autoritaire. La LIFPL soutient leur combat.

Le président Erdogan en pratiquant des arrestations massives et arbitraires de supposé.e.s opposant.e.s prépare un virage politique de la Turquie vers un régime qui ne respecte plus l’état de droit. Etant donné  l’importance géopolitique de ce pays, un tel virage assombrirait encore l’avenir de l’Europe et du Moyen Orient.

C’est pourquoi, nous demandons à l’ONU d’exercer les pressions institutionnelles prévues dans le cas d’atteintes graves aux droits humains afin de stopper la dérive autocratique en Turquie.

Nous demandons à l’Union Européenne et à tous les chefs d’Etats européens qui ont conclu un accord avec la Turquie pour se déresponsabiliser à l’égard des réfugiés, de ne pas continuer dans cette voie dangereuse de la collusion stratégique avec le Président Erdogan.

Au-delà de la dénonciation des menées liberticides et guerrières en Turquie et ailleurs, La ligue Internationale des Femmes pour la paix et la liberté appelle tous les mouvements féministes et les citoyens du Monde à réfléchir à la montée généralisée de la violence et à agir pour la Paix. 

 

ALTERNATIBA PARIS, 26 et 27 septembre

Mis en avant

Le mouvement Alternatiba est né d’une large mobilisation en 2013 à Bayonne dans le premier village des alternatives au changement climatique, quelques jours après la publication du volet I du 5ème rapport du GIEC.

Sur la base de la Charte des Alternatiba, des Villages des Alternatives se tiennent dans plusieurs villes , à l’initiative d’associations locales.

A Alternatiba Paris, les 26 et 27 septembre, Place de la République, nous tiendrons un stand d’informations et d’échanges sur les thèmes:

Genre et Justice Climatique : l’importance de la prise en compte du genre dans la problématique du changement climatique

Nucléaire et Climat :le nucléaire ne sauvera pas le climat .

« Dimension humanitaire du désarmement nucléaire et danger nucléaire militaire en France

Mis en avant

Note d’analyse de Jean-Marie Collin pour le GRIP ( Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité)
Résumé: « L’approche humanitaire est devenue centrale dans les discussions sur le désarmement nucléaire. Elle repose sur les risques de détonation d’une arme par un acte volontaire, accidentel ou malveillant. Des risques connus puisque de nombreux cas ont été répertoriés aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Russie. La rareté de l’information en France semble être liée au culte du « secret défense » qui règne d’une manière générale sur le nucléaire militaire. Mais l’absence d‘information officielle ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu d’accidents nucléaires militaires. Du reste, si les effets d’une détonation nucléaire sont largement partagés, cette approche est vivement critiquée par les diplomates et les think tank français. Une critique qui porte à la fois sur les arguments et sur la finalité qui vise à éliminer les armes nucléaires….. »

GRECE : Déchaînement sexiste contre la Présidente du Parlement

La Présidente du Parlement grec est victime d’une campagne sexiste ultra-violente.Ce n’est pas un hasard si les attaques s’intensifient depuis qu’elle a pris l’initiative de lancer la Commission pour la vérité sur la dette publique grecque.
Lire l’article de Sonia Mitralias publié sur
http://cadtm.org/GRECE-Dechainement-sexiste-contre#nb1

6-9 aout : commémorations des bombardements nucléaires de Hiroshima et Nagasaki

Plusieurs actions se sont déroulées du 6 au 9 aout pour les commémorations des 70 ans des bombardements nucléaires de Hiroshima et Nagasaki et pour demander l’interdiction totale des armes nucléaires.

Plusieurs membres de notre section ont participé aux Jeùnes-Actions de Paris, Le Barp ( près de Bordeaux) et  Londres

Des revues de presse, des comptes-rendus et des photos de ces actions sont visibles sur:

http://vigilancehiroshimanagasaki.over-blog.com/2015/08/le-jeune-action-2015-dans-les-medias.html

http://www.sortirdunucleaire.org/70-ans-Hiroshima-Nagasaki-comptes-rendus-des

Hiroshima-Nagasaki : 70 ans, ça suffit !

Partout en France, du 6 au 9 août 2015, agissons contre le nucléaire militaire.

Entre les dates commémorant les bombardements des villes de Hiroshima et Nagasaki, le Réseau “Sortir du nucléaire“ appelle à la mise en place d’actions partout en France pour exiger l’abolition des armes nucléaires.

Avec ses 300 bombes atomiques, la France possède le troisième arsenal nucléaire du monde, chacune d’une puissance 10 fois supérieure à celle de Hiroshima.

Chaque année, entre 3 et 4 milliards d’euros sont dépensés dans le cadre du programme de dissuasion nucléaire français, une gabegie financière qui n’assure absolument pas la paix, comme le prétendent nos hommes politiques… Prétendre que la bombe atomique est garante de la paix est un mensonge destiné à protéger des intérêts industriels et des volontés de pouvoirs politiques.

Par ailleurs, l’industrie militaire génère des transports incessants de matières radioactives – notamment de plutonium – qui tombent sous le secret-défense et mettent en danger les populations.

Par erreur, par accident ou par folie, une explosion de bombe nucléaire est possible à tout moment. La guerre nucléaire qui pourrait suivre signerait la fin de l’humanité.

Les deux tiers des pays demandent maintenant la signature d’un traité d’interdiction des armes nucléaires, comme cela existe pour les armes chimiques et bactériologiques.

Cette année encore, entre les 6 et 9 août, mobilisons‐nous à l’occasion des 70 ans des bombardements de Hiroshima et Nagasaki, pour rappeler que le risque nucléaire n’est pas derrière nous et qu’il génère des dépenses astronomiques qui ne garantissent en rien la paix !

Participez à la mobilisation !